Majorque

Majorque

Premier contact avec l’Espagne : Majorque et notamment la cala de Porto Petro à l’est. La côte est bien jolie, découpée, ventée lors de notre arrivée, et truffée de corps mort. Interdiction de mouiller donc. Tant pis, le marinero nous vole 40 € pour que l’on puisse se reposer, aller à terre … Très mignon ici, mais demain nous partirons en direction de Palma sur la cote sud.

Images intégrées 1

Images intégrées 2

Images intégrées 3

Images intégrées 4

Jusque la pointe sud est de Majorque, la côte est rocheuse, avec des calas toutes plus belles les unes que les autres.

Images intégrées 5

Images intégrées 6

Images intégrées 7

Images intégrées 8

Images intégrées 9

Images intégrées 10

Images intégrées 11

Passé cette pointe, on retrouve des voiliers grands (30 m) et petits (10 – 12 m). Nous nous arrêterons à San Arenal.  Mouillage dans 5 m d’eau sur fond de sable pour nous, mais herbes pour les autres. En petits malins, nous avions visés la très rare plaque bleue claire, synonyme de sable, pour y poser notre pioche ! Visite de la station balnéaire où nous surprenons de nombreux jeunes équipés pour la nuit : seau, pailles XXL, bouteilles pour leurs cocktails. Un nouveau rite ? Explication : une fois arrivés à l’endroit désiré (sur la plage ou l’esplanade), on vide les différentes bouteilles dans le seau, et on boit le coktail, évidemment très alcoolisé, à la paille dans le seau.

Images intégrées 12

Images intégrées 13

Images intégrées 14

Cette station balnéaire est très festive, et principalement prisée par les jeunes. Défilés de viande plus ou moins grasse, bronzée, rougie, imbibée, à toutes heures du jour et de la nuit.

Après cet apprentissage du monde de la jeunesse, nous traversons la baie de Palma pour nous poser à Cala Nous. Nous sommes très abrités du petit vent de Sud par la petite île qui jouxte cette cala. C’est un lieu de sortie à la journée pour les plaisanciers motorisés de Palma, mais le soir ne reste plus que quelques irréductibles voiliers préférant la quiétude de ces mouillages plutôt que les prix racket des marinas. Seul  moyen d’aller à terre, traverser un des hôtels qui bordent la cote sur de nombreux kilomètres.

Images intégrées 15

Images intégrées 16

Pour visiter Palma, il faudra donc quitter Carpe Diem à la nage direction la plage, puis douche et habillage, traversée de l’hôtel et bus avec un chauffeur ne connaissant ni anglais, ni français ! Pas simple la communication ici ! (cela sera la même chose partout en Espagne, sauf Ibiza).

Palma est une grande ville, pleine d’histoire.

Images intégrées 17

Images intégrées 18

Images intégrées 19

Images intégrées 20

Images intégrées 21

Images intégrées 22

Images intégrées 23

Images intégrées 24

Images intégrées 25

Images intégrées 26

Images intégrées 27

Images intégrées 28

Images intégrées 29

Images intégrées 30

Après  cet intermède culturel, nous changerons de mouillage pour la cala Portals où nous profiterons
de l’eau turquoise.

Images intégrées 31

Images intégrées 32

Images intégrées 33

Images intégrées 34

Images intégrées 35

Images intégrées 36

Images intégrées 37

Images intégrées 38

L’heure est maintenant venue de viser Ibiza.

 

Les commentaires sont fermés