Italie suite et fin

Italie suite et fin !

Nous voici donc de retour à Catane pour récupérer Alexandre. Evidement, nous mettons l’ancre au même endroit que lorsque nous étions venus chercher Loïc et Léanna. Les même choses provoquant les mêmes effets, les gardes cotes viendront nous faire déguerpir une nouvelle fois : interdiction de mouiller à moins d’un mile de l’entrée du port. Qu’à cela ne tienne, je vais trouver un morceau de quai libre dans le port, et bien sur gratuit . Nous y resterons le temps de visiter une nouvelle fois cette ville et son (très) grand marché, son marché au poisson …

Alex est bien arrivé, épais comme un biafrais, mais un biafrais blanc. Cela ne durera pas, le lendemain, il était devenu biafrais rouge en marcel !!!

DSC04748.JPG

Nous quitterons Catane pour Syracuse, arrivée de nuit, sondeur en panne. C’est idéal pour mouiller l’ancre. Même pas peur ! En fait en arrivant j’ai demandé la profondeur aux voisins de mouillage : une dizaine de mètres. S’en suivra une séquence bricolage pour refaire les connections et tout rentrera dans l’ordre. Heureusement ! Demain on repart pour le sud, nuit prévue à Porto Pallo, mais avant d’y parvenir une petite ile nous barre le chemin. Je décide de passer à terre, mais cette fois CrainDegun fera demi tour car le sondeur ne donnait pas cher de la quille. Joueur, le bonhomme, mais pas trop tout de même !!! Quoique. Une prochaine étape sera Licata, et là arrivée sans Gazoil. Juste le bidon de réserve qui dessèchera le réservoir dans l’avant port, histoire de faire durer le suspens. Sauf que, à Licata, il n’y a pas de station sur le port. Tant pis les bidons feront l’affaire (200 litres c’est lourd tout de même).

DSC04768.JPG

De là nous allons visiter la cité antique grecque de Agrigento, sous une chaleur grecque évidemment. (cf température de 41° à Poros)

DSC04791.JPG

DSC04826.JPG

DSC04862.JPG

DSC04896.JPG

S’en suivit une baignade dans la cala del Turkei, voisine et bordée de falaise de craie.

DSC04970.JPGDSC04973.JPG

DSC04994.JPG

Avant Licata, nous avions voulu voir Ragusa où nos amis de Capo Rosso devraient hiverner. La marina est grande, vide, impersonnelle quoi ! Ceci dit nous avons tout de même bu une bonne bière le long de la plage en essayant de déchiffrer les règles d’un étrange jeu de plage se jouant avec un gant-raquette et une balle de tennis. Beaucoup de vie le long de cette belle plage.

Plus tard nous passerons une folle nuit à Sciacca !  Non, ce n’est pas ce à quoi vous pensez, mais on a tout de même passé la nuit dans tous les sens du lit. Du coup, pour s’en remettre, on investit dans une canne à pèche, moulinet …

P_20160713_113845.jpg

P_20160713_110655.jpg

En route pour Mazara del Vallo, et là miracle, premier poisson. Pas un thon, mais c’est bien sympa de manger son poisson frais.

Pour cause de coup de vent, nous y resterons quelques jours et feront la connaissance de Marie et Stephane sur leur Outremer « Mr Happy » ainsi que de très sympathiques tunisio-québecquois Mounir et Samia sur leur Sun Odyssée Sea Moon.

P_20160714_155808.jpg

P_20160714_162704.jpg

P_20160714_165009.jpg

Nous quitterons la Sicile pour Carlo Forte en sud Sardaigne. 2 jours et 2 nuits, c’est long, surtout pour celui qui dort et celle qui lit (et dort aussi) (j’exagère, Alex lit aussi … son écran de téléphone) ! Soudain juste avant la nuit, alors que le spi est de faction, la canne crie, et en sautant dessus, je m’efforce à mouliner. Super, le premier thon ! C’est un beau bestiaux. Je le ramène à coté du bateau, mais comment le mettre à bord ? Nous n’avons pas de crochet. Ce n’est pas grave, ma blonde-liseuse-dormeuse, a enfilé, en moins de deux, les gants de chantier, et attrape le bas de ligne. 50 cm à tirer pour mettre nos prochains repas à bord, pendant qu’Alex essaie la pèche le thon à l’épuisette par la queue. Et là, patatras ! le bas de ligne casse emmenant avec lui nos espoirs de poisson frais pour lutter contre le scorbut qui pourrait nous guetter lors de cette longue épopée, mais aussi le beau rapala. Du coup, le vent se met aussi à nous faire des tours, et nous devrons continuer au moteur, mais aussi avec la canne au chômage technique.

Arrivés en Sardaigne, nous sautons dans la première boutique de pèche, acheter rapalas, bas de ligne en carbone …

Nous partons rapidement pour Majorque tester notre capacité à pécher (le poisson, car le péché devant l’éternel, ça on sait !). Et là miracle (non ce n’est pas blasphémer), c’est un vrai miracle, cri d’appel de la canne, moulinage jusqu’au bateau, et là changement de technique, un manche à balai, un peu de scotch, le crochet du poulpe acheté en Sardaigne, et voici un beau crochet-harpon que ma petite équipière enfonce dans la bouche de ce malheureux, pour le remonter dans le cockpit, et là …

Cris de victoire de l’homme sur l’animal. S’en suit séquence beuverie pour le pauvre qui ingurgite une dose d’alcool imbuvable (acheté sur les conseils de notre ami Jean Paul, dans le but d’éviter les bactéries dans gazoil), avant de subir quelques opérations à ventre ouvert avec comme scalpel  le plus gros couteau trouvé à bord. Voici quelques kilos  (65 cm la bête) à rentrer au frigo.

DSC05024.JPG

Par la suite, par deux fois la canne frémit, le moulinage commence, puis le fil s’est délesté de quelques dizaines de mètres, engloutissant notre rêve nouveau poisson ainsi que son rapala. Pas grave, arrivés sur Majorque Puerto Petro), je change le fil pour passer de 6/10 à 9/10. Les thons n’ont qu’à bien se tenir : 50 kg de résistance.

 

Il reste 3 commentaires

  1. MAYEUR MARIE ANGE /

    tres agreable à suivre votre traversée mouvementée et felicitation au pecheur bon appetit bonne continuation ici température tres chaude bparfois meme intenable tout va bien profitez bien bisous mamie

  2. MARYLINE DOUHAUD /

    Coucou ! J’avais quelques pages en retard mais j’ai tout lu ou plutôt tout dévoré ! Passionnant ! Quel beau voyage !! J’adore vos photos. Mais bon vous me manquez quand même !!! En janvier, où serez vous ? J’ai vraiment envie de venir vous voir !!!
    Mon dieu qu’Alex a changé ! c’est un homme !! pffff que le temps passe …. snif…
    Moi je me suis lancé dans le yoga. J’adore ! et ça me fait du bien avec la vie de ouf que j’ai !… Bisoussssssss

  3. emmanuel /

    coucou marraine magnifique tout ça et c est vrai que Alex a changer c est un tombeur de ses dames lol appel moi quand tu peut car je pense que t ai hors forfaits en tout cas je ne vous lache pas big bisous a vous a bientot

Les commentaires sont fermés