• Semaine à Antigua

    Pour « couper » de ma construction, j’accompagne, en ce début juin, Jean François qui veut aller faire caréner son bateau à Antigua. L’année dernière la mode était à Sainte Lucie, cette année ce sera English Harbour.

    Une fois arrivés, nous squattons le ponton de la marina, avant de pouvoir sortir le bateau lundi matin. à l’heure dite, (ou presque !!!), le bateau est sur le slip, chariot hors d’age qui l’extrait de son élément. Les travaux sont prévus pour quelques jours et Jean François m’affirme que nous rentrerons jeudi !  l’année dernière c’était déjà le cas, et nous étions resté la bas bien plus longtemps que prévu, mais nous verrons bien !

    Nettoyage de la coque, antifooling …  mais aussi création d’un cadre pour accueillir ses panneaux solaires sont au programme.

    Ensuite se rajoutent polissage du pont et du roof, traitement du teck.

    Toute cette semaine s »est passée sous le soleil et la chaleur de ce début juin, et nous en profitons parfois pour aller à la plage l’après midi.

    Au final le bateau ne sera remis à l’eau que vendredi après-midi. Qu’à cela ne tienne, nous rentrerons samedi et rejoindrons les dames à Deshaies pour midi, du moins c’est ce qu’envisage le capitaine.

    Une fois à l’eau, il faut faire les pleins de carburant et d’eau, nettoyer le bateau, ranger, remonter l’annexe … et refermer la passerelle hydraulique qui reste invariablement en position sortie. (tant pis on verra plus tard la raison de sa mauvaise volonté). cela nous occupe jusqu’en soirée. Par ailleurs, le bateau prend l’eau dans la coque babord. c’est le presse étoupe qui fait des siennes. il faudrait resortir le bateau de l’eau. cette entrée deau va se stabiliser, et la sortie d’eau pour changer ce presse étoupe sera pour une autre fois.

    Donc vendredi soir, nous restons au ponton du chantier, branchés à l’électricité grace aux rallonges électriques, sur la seule borne en état de fonctionner. Dans la nuit, un gros grain nous oblige à fermer les capots pour ne pas transformer Fox 4 en piscine ! Au petit matin, à peine réveillé, j’aperçois la prise dans l’eau. De suite je débranche le cable, déjà brulant, et plein d’eau de mer. Cela me vaudra le couroux du capitaine qui n’acceptait pas cette manoeuvre qui le privait du ventilateur dans sa cabine, pour terminer sa nuit. Tant pis, mais nous avons échappés à un court circuit qui aurait pu être dommageable pour Fox 4.

    Une fois le petit déjeuner avalé, nous partons, direction la Guadeloupe. Du moins on essaie ! le moteur tribord démarre, mais le babord refuse de travailler. la journée semble démarrer de bien mauvaise manière. verdict du mousse : solenoide du démarreur HS. Après quelques coups de fil, Jean François réussit à contacter un mécanicien qui accepte de venir un samedi. 2 heures plus tard, le moteur tourne, mais puisque la panne est bien due au solénoïde, si on le stoppe, l ne redémarrera pas. Changement de programme, nous irons jusque la marina de Rivière sens, et rejoindrons les femmes en voiture ! pas grave !!! Dans la foulée le mécano débloque la passerelle, ce n’était qu’un fusible !!!

    ca y est, on peut partir. Fox 4 devrait être à l’écurie en début d’après midi. Tout semble redevenu normal, et le bateau avance bien.

    Oui, mais cela ne durera pas ! à mi-parcours, une forte odeur de brulé vient de la coque babord, de même qu’un bruit inquiétant de grognement métallique. je me mets en quète de la raison de ce nouveau problème. en ouvrant la cale moteur, une fumée s’échappe, mais cela ne vient pas de là. je cherche plus loin. en soulevant les planchers de la cabine arrière, la fumée se fait énorme, et empèche de voir ! l’odeur est prenante. ca y est, je sais d’où vient le problème. un roulement est cassé. il faut réduite le moteur babord au minimum. le bruit de grognement diminue, de même que la fumée. je refroidis ce roulement en y déversant de l’eau qui se transforme instantanément en vapeur !!! il est bien chaud. nous devrons rentrer à vitesse réduite.

    Au moment de prendre une douche, la pression d’eau baisse étrangement. plus d’eau, alors que le plein était fait hier. le réservoir s’est déversé dans une coque, nouvelle panne à résoudre ultérieurement !!!

    Fox sera à sa place à la tombée de la nuit, et nous arriverons à Deshaies vers 20 heures, après l’inévitable nettoyage par le capitaine !

    Finalement, et je le savais bien, les bateaux pleins de bouts de ficelle pour tirer sur les voiles, c’est bien mieux !!!

    Fin de l’épopée !!!

    à Deshaies, chez Martine et Jean François, après avoir conté à nos dames, les péripéties du voyage, on a pu savourer enfin le plaisir d’un environnement sans pannes.