• Premiers jours au Cap Vert

    SaoVicente : Mindelo

    Au réveil le temps parait couvert. En fait le jour vient de se lever, mais il fait déjà bien bon. Pas besoin de T-shirt.

    A peine levés, on examine la situation. Il nous faut quitter ce mouillage pour rejoindre celui se trouvant au sud de la marina. Nous retrouvons nos amis de Daviken, ainsi que de Mr Happy (rencontrés précédemment en Sicile). Cela fait du bien de retrouver des visages français familiers alors que la panne de l’inverseur occupe nos esprits de manière permanente.

    A peine mouillés, nous avons connaissance d’un mécano francais vivant sur son bateau. Celui-ci, ne pouvant intervenir qu’après dimanche, nous explique la probable panne et comment procéder. Nous repartons de son bord rassurés. Après contrôle, le niveau d’huile de l’inverseur était à 0. Donc remplissage avec l’huile adéquat, puis il faut faire chauffer l’inverseur, donc tourner le moteur. Mais on est au mouillage, donc tenu par l’avant ! Qu’à cela ne tienne, je frappe une grosse amarre sur la chaine, et la fixe sur un tacquet arrière. Il ne reste plus qu’à descendre la chaine à la main, le bateau sera donc au mouillage par l’arrière. On peut maintenant mettre en route, le bateau veut avancer, mais l’ancre le retient. C’est ce que je voulais. Miracle, en quelques minutes, l’inverseur se débloque. C’est gagné !!! On pourra dormir l’esprit tranquille maintenant.

    Ca, c’était pour soulager les lecteurs qui seraient inquiets de notre panne.

    Le Cap Vert, c’est l’Afrique, la débrouille, les pickpokets … Mais aussi le sourire, la chaleur, la gentillesse …

    Le mouillage est bien protégé, juste à coté de la ville,
    Images intégrées 1

    Images intégrées 2

    Images intégrées 3

    mais parsemé d’épaves, et il vaut mieux ne pas faire comme nous, et y arriver de jour !

    Images intégrées 4

    Images intégrées 5Ici c’est petites boutiques sans devantures, marchés aux légumes aux poissons … 

     

    Images intégrées 6

    Images intégrées 7pécheurs en barques en bois sans âge venant proposer leur pèche directement au bateau …
    Nous avons acheté 2 grosses langoustes à 10€. Préparées façon blonde créole, mais sans casse noix pour les pattes : très bon !

    Pour vous narguer, le Gazole est à 0,69 € le litre, et on a fait remplir notre cube de butagaz pour moins de 7 € et caïpirinha à 2 €.

    Images intégrées 8

    Images intégrées 9

  • Traversée Canaries – Cap Vert

    Traversée Canaries- Cap Vert

    Jour 1

    5 heures du mat, réveil pour accompagner Mickaël à l’aéroport ! Puis nous rendons la voiture et revenons sur Las Palmas en bus.

    10 h nous quittons le port de Las Palmas. Le temps est couvert, pas gai. Le vent prévu est de 20 à 25 nœuds. Rapidement il atteindra cette force, avec la houle qui correspond !

    ½ heure avant nous sont partis un voilier et un catamaran, dans la même direction que nous, ca nous fera des copains de jeu.
    Oui mais … 1 heure après on les a déjà rattrapés et dépassés. Dommage !

    Quelques grains monteront le vent à 30-35 nœuds, mais il reviendra ensuite dans la plage prévue, du moins les 2 ou 3 premières heures. Ensuite, il sera vite en permanence à 35 nœuds puis 40 ++, et bien sur avec la mer qui va avec : 4 mètres de houle déferlante.

    Avec cela, pas question de laisser le pilote ! donc les premières 24 h seront pénibles pour tous les 2.

    Jour 2

    Même peine, même punition : seul le vent baisse un peu, 30 N ! De plus, la fatigue se faisant sentir, nous ne sommes pas bien, ni l’un ni l’autre !!! Galère, galère que cette traversée vers le Cap Vert. Il se fait mériter.

    Jour 3

    La houle est toujours là, mais le vent a bien baissé : 20 N, mais toujours du vent arrière, avec la houle du vent d’hier. C’est pénible, et on est vaseux, sans envie. Du coup j’ai perdu mon équipière pour rallier la Guadeloupe : Impossible qu’elle survive à 16 jours dans ces conditions !

    Jour 4

    Le vent baisse : une petite quinzaine de nœuds, toujours vent arrière, du coup on avance pas vite, toujours roulé par la mer ! A la tombée de la nuit, une lueur d’espoir revient : une petite dorade coryphène nous fait le plaisir de s’inviter à bord grace au rapalas ! elle nous fera 2 bons repas.

    Images intégrées 1

    Jour 5

    Le beau temps est là, et avec lui le moral remonte. Moins de roulis, soleil, chaleur, mais à peine quelques malheureux nœuds de vent, du coup c’est Mr Perkins qui travaille. Chouette j’ai regagné une équipière !

    Images intégrées 2

    Dans la nuit : un ziiiiiiiiiiiiiiiip me réveille,  je remonte la canne. Un encornet d’environ 2 kg améliorera notre repas quotidien. A la vue de ce monstre, je voulais le renvoyer à l’expéditeur, mais ma blonde préférée a insisté pour le garder ! Merci Mr Atlantique et Mme RCC pour ces repas frais !

    Images intégrées 3

    Jour 6

    Grand soleil, mais toujours pas de vent. Sieste sur la plage avant, alors que comme chaque jour de nombreux dauphins viennent jouer avec le bateau, et d’innombrables poissons volant nous étonnent toujours par leur vivacité.

    Enfin les iles apparaissent ! Il faudrait arriver avant la nuit car elle est d’encre, et en moins d’1/4 d’heure on passe du jour à la nuit. Raté de quelques minutes. Ce n’est pas grave, nous rejoignons le mouillage avec l’aide de la torche.

     

     

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    Bienvenue au Cabo Verde !!!

    Toutes les nuits seront agrémentées d’une belle lune qui nous permet de voir presque comme en plein jour ! C’est bien agréable. Seuls les 2 dernières nuits auront une lune qui tardera à se lever et qui sera voilée.

    Petite péripétie habituelle : Au moment d’éteindre le moteur, impossible. Le bouton connectant la bobine de l’étouffeur est tellement oxydé que le cable électrique corrodé est cassé. Pas grave, j’ouvre le capot du moteur et actionne cette bobine à la main. Cela me coûtera ensuite une petite heure de travail pour enlever ce p….n de bouton, et le remplacer ainsi que le cable.

    Petite péripétie 2 : à quelques heures d’intervalle, ce sont 2 manilles qui se font la malle. D’abord une manille concernant le hale-bas, puis ce sera au tour d’une manille du palan d’écoute de Grand voile. Rien de méchant, juste remplacer et bien serrer !!!

    Petite péripétie 3 : une forte odeur de brulé se ressent. Recherche urgente de la cause, sans en trouver l’origine ! cette odeur disparaitra rapidement d’elle-même. Du coup petit stress sous le crane, et de nombreuses hypothèses sont envisagées, mais aucune ne me satisfait pleinement. T’inquiète ! jusque là tout va bien !!!

    Péripétie du Cap Vert : au moment de mettre l’ancre, impossible d’enlever la marche avant. Seule possibilité éteindre le moteur et laisser le bateau s’arrêter grâce à l’ancre. Oui, mais on est dans un petit chenal grand comme un mouchoir ! heureusement il n’y a pas de vent !!! Diner, et coucher. Nuit presque blanche à cogiter ce qui a bien pu arriver, et comment réparer !!! au matin, je remonte la chaine (diamètre 12) et l’ancre de 30 kg à la main. Le peu de souffle nous déhale vers l’arrière, et une fois arrivés dans une zone un peu plus large nous permettant de tourner, je démarre le moteur qui est bien sur en marche avant, pour aller nous mettre dans un endroit plus autorisé et plus spacieux.

  • Départ pour le Cap Vert

    Départ pour le Cap Vert

    Ca y est !

    On vient de déposer Mickaël pour son avion de retour à la vie réelle et froide de Paris.

    Images intégrées 1

    On quitte les Canaries pour une traversée de quelques jours pour retrouver l’Afrique sur l’archipel du Cap vert : destination Mindelo.

    Dernière image de Gran Canaria !!! Malgré ce choix d’équipiers, Micheline n’a pas trouvé mieux que ce qu’elle a !

    Images intégrées 2

    à bientôt

  • Gran Canaria

    Gran Canaria

    Après une belle traversée depuis Fuerteventura, nous arrivons sur Las Palmas où nous mettons l’ancre dans son mouillage super protégé.

    Images intégrées 1

    Il est déjà bien chargé.

    Images intégrées 2

    Nous y resterons 2 jours, puis ferons le tour par le nord pour rejoindre Tenerife, en faisant  une halte à Las Neves.

    Images intégrées 3

    Images intégrées 4

    Ce petit port, typique, est très protégé du vent de nord.

    Images intégrées 5

    Images intégrées 6

    Images intégrées 7Images intégrées 8

    Images intégrées 9

    Images intégrées 10

    Images intégrées 11

    De là nous rejoindrons le sud de Ténérife.

    De retour de Ténérife, nous ferons le tour de Gran Canaria par le sud et l’ouest. Notre arrivée sur Amphi Del Mar nous laissera une image de ce qu’il ne faut pas faire en matière d’urbanisme : c’est une copie de la cote Majorquaine autour de Palma. Uniquement des immeubles et hôtels sur 10 étages.

    Nous retrouvons ensuite Las Palmas, où nous attendons Mickaël venu passé sa semaine de « vacances ». Cette ville est très agréable, avec ses 2 plages, son centre ville commerçant, sa vieille ville historique, son marché coloré…

    Images intégrées 12

    Images intégrées 13Images intégrées 14

    Images intégrées 15Images intégrées 16

    Images intégrées 17
    Images intégrées 18

    Images intégrées 19

    Images intégrées 20
    Images intégrées 21
    Images intégrées 22
    Images intégrées 23Images intégrées 24
    Images intégrées 25
    Images intégrées 26

    Images intégrées 28

    Images intégrées 27

    Images intégrées 29

    Images intégrées 30

    Images intégrées 31

    Images intégrées 32
    Images intégrées 33
    Images intégrées 34
    Images intégrées 35

    Images intégrées 36

    Une fois le petit arrivé, nous irons visiter l’intérieur de l’ile avec notre voiture de loc.

    Images intégrées 38

    Images intégrées 37Images intégrées 39

    Images intégrées 40

    Images intégrées 41

    Puis Mickaël nous montrera ses talents de surfeur !

    Images intégrées 44

    Images intégrées 45

    Images intégrées 46

    Images intégrées 47

    Pour éviter trop de courbatures à notre champion, nous irons ensuite visiter le sud de l’ile avec les dunes de Maspalomas

    Images intégrées 48

    Images intégrées 49
    Images intégrées 50
    Images intégrées 51
    Images intégrées 54
    Images intégrées 55
    Images intégrées 56

     

    Ainsi que le mignon port de Puerto Mogan

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    SONY DSC

    Une semaine c’est vite passé !!!

    img_20161107_152053

    Mais nous avons passé au final presque 3 semaines sur cette île attachante.

    Place maintenant à une petite semaine de mer à 2 pour rejoindre l’archipel du Cap Vert !!!

  • Tenerife

    Tenerife

    Notre prochaine étape est de Las Nieves vers L’île de Ténérife. Cette île offre un paysage grandiose, notamment par la présence du sommet du Teide le plus grand volcan de l’île mais également ses profonds ravins résultat d’une forte activité volcanique.

    Après une demi-journée de navigation bien venteuse, à plus de 8 noeuds de moyenne grace à l’effet venturi entre les 2 îles, nous nous arrêtons au mouillage devant la plage la Tejita derrière la montana roja, où nous passerons la nuit.

    Images intégrées 1

    Images intégrées 2

    Le lendemain, on décide de se dégourdir les jambes, Daviken opte pour la longue plage et nous pour une marche de 170 m d’altitude sur la montagne rouge. Balade bien revigorante et vue époustouflante sur la baie.

    Images intégrées 3

    Images intégrées 4

    Images intégrées 5

    Prochaine destination hésitante, nous cherchons un autre mouillage pour se rapprocher du Sud de Ténérife dans l’objectif de partir sur La Gomera (île voisine). Mais les nombreuses petites criques ne nous offrent pas ce mouillage protégé tant attendu. Tout le long de la côte, nous pouvons voir de charmants petits villages de pêche mais aussi des sites d’urbanisations touristiques qui encore une fois gâchent le paysage. Nous décidons de nous arrêter à las Cristianos, longue station balnéaire, où nous resterons 3 jours.

    Cette ville est très touristique et  agréable, avec des magasins le long de la plage, des restaurants à gogo à des prix concurrentiels où la bière est à 1 euro.

    Baignade, visite de la ville jusqu’au prochain port seront notre quotidien…En effet, une belle marche le long de la mer nous mène jusqu’au prochain port Puerto Colon. Tout le long de la côte, entre les belles plages avec des expositions massive de touristes, les vagues déferlantes qui font le bonheur des surfeurs, et des magasins de luxe, tout ceci nous rappelle notre côte varoise.

    Nos amis Catherine et Philippe décident de ne plus partir sur La Gomera par peur de manque de temps pour le retour sur le Cap Vert. Il faut dire aussi sur La Gomera, les mouillages ne sont pas très recommandés car rouleurs, proche de falaises abruptes.

    Images intégrées 6

    Images intégrées 7

     Dès leur départ, samedi, nous partons à la découverte de l’île de Tenerife à bord de notre voiture de location. Nous laissons Carpe diem sous la bonne garde de voisins de mouillage espagnols très sympathiques.

    Première destination, le mont Teide, sommet le plus haut de l’Espagne et il y a même de la neige, dit-on, en hiver !!!

    Images intégrées 8

    La chaleur nous quitte au fur et à mesure de notre avancée dans un paysage lunaire,  volcanique et désertique où la végétation sous forme de pins a repris ses droits. De ce fait, La température de 17 degrés nous accompagne tout le long de cette ascension vers les différents volcans de l’île. Elle descendra même jusque 15°. Les couleurs varient de tons pourpre, d’ocre ou de marron avec  à certains endroits des coulées de laves bien démarquées par leur couleur marron.

    Images intégrées 10Images intégrées 9

    Images intégrées 11
    Images intégrées 12

    Ensuite, notre descente nous mène à travers de belles petites habitations, à flanc de montagne à travers la vallée Orotava, de toutes les couleurs vers la ville de Puerto de La Cruz.

    Images intégrées 13

    Images intégrées 14

    Images intégrées 15

    Grand centre touristique, située au nord de Tenerife, cette ville est un ancien village de pêcheurs avec son port où l’on peut se baigner si on aime les vagues. La ville regorge de bâtiments coloniaux et des rues étroites et animées.

    Le port tranquille est un endroit bien agréable avec des boutiques chics, de charmantes places tout au long de cette côte très houleuse.

    Images intégrées 16

    Images intégrées 17

    Images intégrées 18

    Images intégrées 19

    Images intégrées 20

    Images intégrées 21

    Images intégrées 22
    Images intégrées 23

    Images intégrées 24

    Enfin, nous décidons de partir vers Santa Cruz, capitale de
    Tenerife. La ville est grande, en revanche, l’accès au port est bien difficile
    pour y accéder. Nous resterons sur notre faim et repartons vers la côte pour
    voir les différents mouillages possibles. Là encore, nous serons déçus car
    l’accessibilité aux différentes plages ne permettant pas des mouillages bien
    protégés.

    Dimanche, nous décidons de repartir sur Gran Canaria, où
    nous passons la nuit à Anfi del Mar.