• Départ vers la Grèce

    Départ vers la Grèce

    Nous (Jean-Paul et moi) avons réussi à négocier de passer une nuit en mer, afin de gagner un peu de temps. L’escale au banc de sable de Rocella Ionica a été l’argument de Jean-Paul, et nous partons donc direction Crotone. Pas de vent, tout au moteur. C’est long et bruyant.

    Heureusement, à moins de 10 miles de Taormina, je découvre une tortue de près d’un mètre de long, nageant accompagnée de son petit nageant à une trentaine de mètres d’elle.

    Images intégrées 1

    Images intégrées 2

    Au petit matin, surprise :

    Rien donc à dire sur ce convoyage, si ce n’est qu’à l’arrivée, un voilier en position compliquée nous rappelle que s’endormir peut vite être fatal.

    Images intégrées 3

    Après midi réparatrice pour les hommes manœuvriers, et visite de la ville pour les femmes dormeuses de cette nuit.

    Images intégrées 4

    Fort du succès de la précédente négociation, nous enchaînons sur la prochaine traversée : directe Grèce et non pas Santa Maria di Leuca ! OK.

    Le début fut comme d’hab un peu pénible, car sans vent. Puis peu avant minuit, il est arrivé. Ouf, l’honneur est sauf, on peut faire de la voile !

    Images intégrées 5

    Arrivée avec un vent mollissant sur notre première ile Grecque : OTHONOI.

    Ancre dans le mouillage sud, devant la petite plage. Capo Rosso, arrive et se met derrière nous. Il est un peu trop près de la petite jetée en pierre. Qu’à cela ne tienne nous relevons l’ancre et avançons de 50 m pour la redéposer dans 3,2 m d’eau. Jean-Paul avance aussi un peu. Nous serons bien dans ce mouillage qui ressemble à une carte postale.

    Images intégrées 6

    Images intégrées 7

    Oui, mais un hurlement vient du large. La navette inter-iles arrive, et vient poser son ancre à 3 m derrière Capo Rosso, avant de culer se mettre à quai. Nous ne pouvons rester là, et décidons donc de tenter notre chance plus loin : ERIKOUSSA (à quelques encablures de CORFOU).

    Une dizaine de miles plus loin, notre copain de jeu, arrive déjà en hurlant, et fait la même manœuvre. Après l’avoir laissé manœuvrer, nous mouillons à 200 mètres de là, au calme. 3° mouillage grecque en une heure !!!

    Images intégrées 8

    Repas, sieste et nous partons visiter ce premier morceau d’histoire grecque. Rien à voir … sauf le moulin restauré ! sauf un petit ouzo pour se mettre en forme.

    SONY DSC

    Images intégrées 10

     

  • Syracuse – Taormina

    Syracuse (suite et fin)

    Après notre petit marché matinal, retour au bateau, et petit dej des marmottes.

    Nous décidons de repartir vers le nord ! En effet les enfants doivent reprendre leur avion demain.

    En quittant notre super mouillage, nous faisons le tour de l’ile de Syracuse pour mieux voir ses remparts, et découvrir la baie où l’on aurait du mouiller pour visiter cette ville pleine d’histoire. En effet tous les voyageurs qui visitent cette ville sont garés là !

    Images intégrées 1

    Images intégrées 2

    Images intégrées 3

    Images intégrées 4

    Images intégrées 5

    En route donc pour Catane, avec  moteur puis voile. Comme d’hab, un seul à la manœuvre, les jeunes étant trop occupés à travailler.

    Images intégrées 6

    Catane

    Pas grand-chose à dire pour le reste de cette journée. Bon repas du soir, avant la dernière de journée de vacances pour la moitié de l’équipage, et la dernière journée de service d’hôtel pour l’autre moitié. Oui, mais tout cela c’était avant !!!

    Avant qu’un gros projecteur nous éclaire. En une seconde me revient l’image de la Guardia Maritima qui nous avait chassé de ce même endroit quelques jours plus tôt. Raté, cette fois c’est la Guardia de Finanza qui vient nous contrôler (c’est tout de même la deuxième fois depuis que l’on est parti, alors qu’en France, 3 visites des douanes en 40 ans !!!). A leur décharge, nous étions à l’ancre à l’entrée du port, et sans aucune lumière. Donc nous voilà reparti pour une heure de contrôle des papiers, photos des cartes d’identité, questions diverses …

    Pendant ce temps, l’Etna crache juste derrière nous.

    Images intégrées 7

    Enfin dodo.

    Le lendemain, après avoir quitté les enfants en partance pour l’aéroport, nous interrogeons Jean-Paul et Martine sur leur balançoire de Taormina, et décidons qu’il est préférable de dormir ce soir devant notre port favori, mais sans roulis, que de les rejoindre trop tôt et bénéficier du roulis qui est plus efficace que le café contre le sommeil.

    Taormina

    Après une nuit, sans visite cette fois, nous sommes en partance vers Taormina.

    Images intégrées 8

    Nous mouillons juste entre un joli catamaran et Capo Rosso. Retrouvailles, balade à terre, recharge en carburant … Et nous décidons, enfin plutôt les filles décident, de rester une journée ici pour aller visiter ce St Tropez Sicilien, au risque de dormir au bon vouloir du roulis.

    Au détour d’une page web, je découvre que ce catamaran était en même temps que nous à Syracuse, mais dans le vrai mouillage, et qu’il a eu la chance d’écoper d’une amende de 344 € pour s’être justement mis à l’ancre à l’endroit répertorié sur les cartes !

    Entre temps, petite escale de chirurgie esthétique pour Martine où Jean-Paul assistait le praticien local grâce à son Iphone. séquence contraste donc entre la technologie importée par le touriste, et la tenue de registres à la main par les autochtones ! Elle a donc laissé ses agrafes Palermoises en terre Sicilienne, et peut laisser repousser les sourcils.

    Visite donc de cette petite ville. Petite ? non, pas du tout, grande, haute … Départ donc en annexe, détour par une grotte dans les rochers, arrivée sur la plage, garage de l’annexe et recherche du funiculaire (et oui, c’est aussi la montagne).

    Images intégrées 9

    Images intégrées 10

    Images intégrées 11

    Images intégrées 12

    Images intégrées 13

    Puis promenade au gré de l’inspiration de notre guide dans les petites rues, ma petite femme a eu du nez pour découvrir toutes ces petites rues plus typiques les unes que les autres.

    Images intégrées 14

    Images intégrées 15

    Images intégrées 16

    Images intégrées 17

    Images intégrées 18

    Images intégrées 19

    Images intégrées 20

    Images intégrées 21

    Images intégrées 22

    Images intégrées 23

    Images intégrées 24

    Images intégrées 25

    Images intégrées 26

    Images intégrées 27

    Images intégrées 28

    Images intégrées 29

    Images intégrées 30

    Images intégrées 31

    Images intégrées 32

    Images intégrées 33

     

  • Syracuse

    Syracuse

    Dimanche 22/05/2016

    La Guarda Maritima italienne nous ayant bruyamment réveillé, l’heure du départ pour Syracuse était venue ! Cependant, encore une fois, j’ai du m’atteler seul à cette tache de convoyage, Micheline, Leanna et Loïc étant repartis se coucher !!!

    Puis à son réveil, Ma petite chérie a une envie irrépressible de tester son maillot Catanais.

    Images intégrées 1

    Comme d’hab, vent nul donc moteur…

    Peu avant l’arrivée à Syracuse les marmottes sentent le soleil et finissent leur hibernation.

    Images intégrées 2

    Une fois arrivés, repas, travaux divers, puis départ pour une petite ballade-excursion en ville.

    Images intégrées 3

    Images intégrées 4

    Images intégrées 5

    Images intégrées 7

    Nous décidons de laisser le zodiac dans le port, mais celui-ci est fermé par un portail à code. Qu’importe, il suffira de contourner
    le grillage au retour.

    La vieille ville de Syracuse est très sympa à visiter, mais que de monde dans les rues !

    Images intégrées 8

    Images intégrées 9

    Images intégrées 10

    Images intégrées 11

    Images intégrées 12

    Images intégrées 13

    Images intégrées 14

    Mais le clou de la visite est la Piazza Duomo avec la cathédrale,

    Images intégrées 15

    Images intégrées 16

    Images intégrées 17

    Images intégrées 18

    Images intégrées 19

    Bien que les petites rues piétonnières ne soient pas mal non plus !

    Images intégrées 20

    Images intégrées 21

    Images intégrées 22

    Images intégrées 23

    Le soir petit diner au restaurant en ville grace aux jeunes !

    Images intégrées 24

    Puis juste pour le plaisir des yeux, après le diner :

    Images intégrées 25

    Images intégrées 26

    Images intégrées 34

    Images intégrées 27

    Images intégrées 28

    Pendant ce temps, nos amis Martine et Jean-Paul lambinent en chemin et nous narguent avec ce à quoi nous avons échappé, comme par exemple sur l’ile de Vulcano. Depuis ils sont arrivés à Taormina au sud du détroit de Messine, où nous les rejoindrons jeudi, après le départ des enfants.

    Images intégrées 29

    Images intégrées 30

    Lundi matin, toujours les mêmes debout le matin ! Donc petit tour au marché de Syracuse avec Micheline. Cela commence mal par un vendeur de fromage qui  nous alpague et réussit à nous vendre son (très bon) fromage sicilien. La suite est mieux, avec
    les étales de légumes, fruits, poisson … le tout moins cher qu’en France, bien qu’on soit dans un lieu très touristique : l’ile d’Ortigia (vieille ville de Syracuse). Bref de quoi refaire un petit plein de frais pour le bateau.

    Lundi après-midi, visite de la « nouvelle » ville : Bof pas grand-chose à voir, malgré 10000 pas sous le cagnard sicilien

    Images intégrées 31

    Santuario Madonna delle Lacrime

    Images intégrées 32
    Images intégrées 33

     

  • Catane

    Catane

    Vendredi 20 Mai 2016

    Une fois bien amarré, il est temps de descendre à terre. Enfin la terre ferme depuis plusieurs jours !!!

    Ballade en ville pour visiter, et effectuer quelques courses.

    Images intégrées 1

    Images intégrées 2

    Au retour, nous nous arrêtons dans un restaurant pour y manger : buffet, accompagné d’un verre de bienvenue = 5 € …

    Retour au bateau, petite sieste, puis réveil en fanfare aspirateur . Il est temps de tout nettoyer, intérieur, extérieur : dixit
    Micheline. Alors au boulot. Les pluies d’hier et de cette nuit ont amené une boue orange-marron sur le bateau (sable du sahara :encore un coup des arabes). Brossage du pont, lessive du linge, remplissage des réservoirs …  Il est temps d’aller à l’aéroport pour retrouver les enfants.

    En sortant de la zone portuaire surveillée où nous sommes, un douanier nous explique comment faire : taxi, ou bus. Pour le bus c’est le four five seven. Il faut le prendre à la gare routière à 300 m. Pour les tickets, il nous indique une boutique tabac à 100m. OK. Les tickets sont à 1€, nous épuisons notre monnaie pour en prendre 9. Au diable l’avarice, de toute façon 2 allers, 4 retours. Déjà aujourd’hui il en faut 6. A la gare routière, pas de bus 457. Personne ne semble vouloir nous renseigner, ni les guichets de
    bus-cars, ni l’information !!! Qu’à cela ne tienne, les policiers sont plus conciliants. L’un d’eux nous explique ce qu’il faut faire, nous montre l’arrêt du bus. Là, une italienne avec sa valise nous rassure sur la destination :aeroporto, si. Oui, mais le ticket se prend dans le bus ! 4€ le ticket. Merde, nous n’avons plus de monnaie. Heureusement le chauffeur vendeur de ticket à sa machine à carte bleue. Une fois démarré, sans même qu’on le prévienne de l’arrivée imminente de l’avion, le bus arrive à destination, plus
    vite que ne l’aurait fait une moto taxi zigzaguant dans la circulation urbaine. Très fort ces italiens au volant !!!

    L’avion arrive quelques minutes après nous. Nous retrouvons donc Loïc et Leanna que nous n’avons pas vu depuis Noël. Retrouvailles, apéritif, repas… dodo.

    Samedi matin, tout le monde dort. Je me lève et pars chez le shipchandler que j’avais vu la veille. Je vais acheter une manche à air et une pompe pour le dessal. Il m’avait annoncé 30 € et 65 €. J’y suis à l’ouverture. La manche à air, OK c’est la bonne taille, 30 €. La pompe : 99 €. Ce n’est même pas le prix en France, mais hier ton patron m’a dit 65 €. Le vendeur demande à son patron en charabia (italien). OK c’est 65 €. Quels marchands de tapis !!!

    De retour au bateau, rinçage du pont car la nuit a amené du sable noir, très fin.

    Petit déjeuner, mais comme d’hab, Loïc ne sait se lever.

    Visite de Catane, centre ville ancien, marché…

    Images intégrées 3

    Images intégrées 4

    Images intégrées 5

    Images intégrées 6

    Images intégrées 7

    Images intégrées 8

    Ce marché est impressionnant. On y trouve de tout, des fringues, des chaussures, de l’alimentaire, les bricoles électroniques, des CD DVD, des produits solaires, du PQ  … Et à des prix ! exemple : shorts de bain à 4 € , chaussures Convers à 15 €, CD ou DVD à 1€. Ensuite Google nous conseille un restaurant où nous déjeunons pour 6,9 € par personne !

    Images intégrées 9

    Suite dela balade et retour au bateau pour quitter la marina.

    Nous nous mettons à l’ancre devant la plage, à l’entrée du port. Le bateau est cerné de méduses. Qu’à cela ne tienne, un petit tout de zodiac et 100 m plus loin on se trouve sur la plage où Loïc et Léanna vont se baigner. 20° c’est pas assez chaud pour des sudistes, mais pour des parisiens en mal de plage, c’est bien bon.

    Une petite bière en guise d’apéro, un bon repas, et dodo pour les vieux pendant que les jeunes se mettent au travail, développement pour l’un et traductions pour l’autre. Merci Mr Free !

    Nuit calme, quoiqu’un peu houleuse par moments.

    Au matin l’alarme retentit. Quelle alarme as-tu encore laissée ? le temps de trouver entre les différents téléphones, tablettes …
    sur le bureau. 7h35, l’alarme retentit de nouveau ! ce sont les Gardes-côtes qui sont venus nous chasser de ce mouillage car on n’a pas le droit d’y rester ???

    Ce n’est pas grave, on devait partir ce matin pour Syracuse. Mais je serais bien resté encore un peu au lit …

    Quelques heures plus tard, arrivée à Syracuse. Après une petite touchette dans le port faute de hauteur d’eau suffisante, nous mouillons juste devant la ville.

     

  • Palerme – Catane

    Palerme – Capo Zafferano

    10 miles au moteur, principalement dans la baie de Palerme.Pas de vent !

    L’arrivée au Capo Zafferano est bien belle, et petite baie juste après, pour jeter l’ancre dans le noir, pour s’apercevoir au réveil le lendemain que l’endroit est bien beau et calme. Petit déj au mouillage ensoleillé, avant de partir pour Sant Agatha di Militello.

    Images intégrées 1

    Images intégrées 2

    Capo Zafferano – Santa Agatha di Militello

    Encore une journée au moteur, faute vent ! Si, tout de même 2 heures de voile !!!

    La cote n’est pas mal, avec de nombreuses vallées qui ont nécessité de très nombreux ponts, et villages perchés !

    Images intégrées 3

    Images intégrées 4

    Images intégrées 5

    Arrivés à Militello, un marinero nous attendait sur le ponton de la marina. Une fois amarré, il nous donne le prix de la nuit : 65 €.
    C’est trop cher, alors il nous dit que l’on peut se mettre sur ancre dans la baie. Nous larguons donc les amarres pour mettre l’ancre à 300 m du ponton. Nuit aussi calme qu’à la marina, et cela gratuitement.

    Voici notre trajet du jour :

    Réveil avec le soleil. Départ pour Milazzo.

    Images intégrées 6

    Images intégrées 7

    Santa Agatha di Militello – Milazzo

    La journée démarre au moteur, mais une fois le capo d’Orlando passé, on peut mettre les voiles. Enfin une journée en mer à la
    voile !!! Un petit vent agréable qui nous permet de bien avancer. Dans l’axe de la route, il nous oblige à tirer des bords, et notamment de passer non loin de l’ile de Vulcano.

    En arrivant près du capo Milazzo, le vent étant de Nord-Est, je décide d’aller poser l’ancre dans la petite baie juste sous le cap, versant Ouest. Cette baie reste profonde jusque quelques mètres du bord. Nous mouillons l’ancre à moins de 50 mètres de la rive où 2 baigneurs profitent de l’eau à 22°. Nous sommes au milieu de filets de pécheurs, et ne restons donc  pas dans ce mouillage certes joli, mais piégé ! C’est reparti donc pour le tour de la pointe, et en approchant Milazzo, je me rends compte que la zone de mouillage que je convoitais est impossible car truffée de corps morts pour petits bateaux. Nous poussons donc plus loin, le long de la plage, entre un remorqueur et 2 voiliers à l’ancre.Certes, la houle rentre un peu, car elle vient du large, mais selon mes fichiers, le vent doit tomber et revenir du sud, faible, ce qui devrait annihiler la houle.

    Voici notre trajet du jour :

    Images intégrées 8

    En effet la nuit fut paisible. Enfin jusque 5h30 du matin, heure de l’alarme du réveil !!! En effet, il faut partir pour le détroit
    de Messine qu’il vaut mieux passer avec le courant favorable. J’avais donc calculé, en fonction de l’heure de marée à Gibraltar, l’heure du passage à Messine, donc l’heure de départ de Milazzo : 5h30 !!! c’est tôt, surtout en vacances.

    Milazzo – Taormina

    Le départ ayant eu lieu à 5h30, les premiers miles se font au moteur, faute de vent. Mais celui-ci arrive et nous permet d’avancer et de faire des pointes à plus de 9 nœuds. Réduction de voilure donc, afin d’aborder le détroit avec une meilleure manœuvrabilité.

    Images intégrées 9

    Une fois dans le détroit, le vent refuse, et c’est donc au moteur que nous avançons environs 8 nœuds sur le fond, moteur au ralenti soit moins de 5 nœuds sur l’eau ! Par endroit l’eau semble bouillonner, signe de différences de courants.

    Images intégrées 10

    Images intégrées 11

    Images intégrées 12

    Images intégrées 13

    Une fois Messine passé, en quelques dizaines de mètres, la SOG tombe à 4,6 nœuds. Ca y est, maintenant à nous de nous débrouiller sans courant. La suite se fera toujours au moteur sans vent, sous un temps grisonnant qui deviendra pluvieux pour le reste de la journée. Dommage car Taormina doit être bien joli sous le soleil, que ce soit sa ville perchée avec funiculaire, ou ses criques entourant Isola Bella.

    Images intégrées 14

    Images intégrées 15

    Images intégrées 16

    Nous jetons l’ancre le long de la plage de plusieurs kilomètres où se trouvent déjà un voilier, un yacht et un paquebot. Après
    quelques minutes de repos bien mérité du au réveil matinal, séquence mécanique pour remettre en état le moteur de l’annexe qui refusait de fonctionner depuis la Corse. Une fois le carburateur démonté, nettoyé, et remonté, tout est enfin OK. Petit apéro dans ce décor enchanteur sous les lumières de la ville, puis dodo.

    Images intégrées 17

    Le mouillage est calme…. Jusque 2h du matin où la houle se fait sentir. A 3h cela devient fatiguant, énervant, et je me lève pour regarder les solutions qui s’offrent à nous. ½ heure plus tard, la houle ayant un peu baissé (c’est très subjectif), je me recouche, mais à 4h, n’y tenant plus, je mets en route direction Catane, sans vent, mais avec des averses. 4,5 heures sous le régime de pluies, au petit matin, il y a mieux !!!

    Voici notre trajet du jour :

    Taormina – Catane

    Ces quelques heures de navigation me permettent de chercher via Google Maps, l’endroit où nous allons nous poser, afin de pouvoir visiter cette ville, et y accueillir Loïc et Leanna. Un morceau de quai, non loin des pécheurs, me semblait bien. L’arrivée à Catane est facile, il suffit de dépasser la longue jetée. Ce port est bien protégé.

    Images intégrées 18

    Images intégrées 19

    Une fois arrivés, la place convoitée semble un mauvais plan, en effet le quai est bien trop haut pour nous. Nous tournons donc pour choisir une marina, et nous amarrons enfin avec l’aide du marinero, pour un tarif de 55€. Les italiens sont toujours très sympa,accueillant, et aidant lors de l’arrivée dans leurs marinas.